Endométriose, 5 choses à éviter !

Dernière mise à jour : 16 avr. 2020

Bonjour à toutes !



Comme environ 10% des femmes en France, je suis atteinte d'Endométriose.

Voici comment ça s'est passé : J'ai appris la nouvelle il y a 4 ans en regardant une vidéo qui en parlait et je me suis rendue compte que je cochais toutes les cases. J'en ai alors parlé à ma gynécologue, qui m'a dit que j'étais trop jeune pour l'avoir (j'avais à l'époque 18 ans). Elle m'a tout de même mise sous pilule, que j'ai arrêtée il y a maintenant 2 ans.


Quelques chiffres :

Selon Endofrance (Association Française de Lutte contre l'Endométriose) :

C'est évidemment une cause qui me tient très à cœur. Mon point de vue personnel n'a pas sa place dans cet article mais, grâce à la naturopathie qui me confère un rôle préventif, je peux aider les femmes à mieux vivre cette maladie chronique qu'est l'Endométriose. Nous pouvons agir sur notre hygiène de vie au quotidien pour améliorer notre santé, c'est ce que je fais depuis 1 an et demi et pour l'instant, ça fonctionne.

Voici 5 choses à éviter lorsque l'on est atteinte d'Endométriose.


DÉFINITION

Physiologiquement

L'Endométriose est une maladie inflammatoire chronique qui touche environ une femme sur dix en âge de procréer.

Comment ça marche ? Cette pathologie se caractérise par la formation d'endomètre* en dehors de l'utérus. Ces cellules endométriales réagissent aux fluctuations hormonales de la femme et donc, créent des saignements hors de l'utérus une fois par mois.

Le plus souvent le tissu d'endomètre se développe au niveau des ovaires, des trompes de Fallope et la surface extérieure de l'utérus. Mais de manière plus rare, il peut aller jusqu'à l'intestin, la vessie ou les reins. Nous pouvons même retrouver, dans des cas très avancés, des tissus d'endomètre au niveau des poumons, des bras ou des cuisses.


Les causes : La communauté scientifique recherche toujours les causes de cette pathologique. Pour l'instant, ils n'ont que des hypothèses, dont la plus probable : La notion de flux rétrograde. Lors des menstruations, le flux sanguin est normalement dirigé vers l'extérieur. Dans le cas de flux rétrograde, ce flux sanguin se dirigerait vers la sortie opposée : les trompes de Fallope. Ce reflux se produirait occasionnellement chez la plupart des femmes, et seule une poignée d'entre elles aurait un enracinement des cellules endométriale sur leurs organes.


Evolution et traitement : Cette pathologie a tendance à s'aggraver avec le temps. Surtout si on ne fait rien. Le seul traitement qui est proposé, aujourd'hui, aux femmes c'est, la pilule. Malheureusement, cette solution est juste un bandage sur une plaie en train de s'infecter. Soyons clair, la pilule ne guérit pas, elle stop les symptômes.

Approche psychosomatique*

Le but ici, n'est pas de faire de la psychologie de comptoir, mais plutôt de vous donner des pistes de réflexion.

- Relation difficile avec la mère. Quelle relation j'entretiens avec ma mère ? Y a-t-il des choses qui sont restées sous silence ? A-t-elle trop ou pas assez de place dans ma vie ?

- Problème lié au fait de devenir mère. Comment faire ? Dans ce monde-là ? Suis-je réellement faites pour cela ?

- Exploration de sa propre naissance. Comment suis-je venue en ce monde ? Qu'est-ce que ma mère à ressenti ? Comment s'est passé mon séjour intra-utérin ? Où était mon père ? Prématurée ? Après le terme ?

Pour une approche globale psychosomatique et surtout, pour guérir des blessures émotionnelles, je vous conseille la psycho-gestionnelle. C'est une méthode qui soulage et répare les blessures dont on ne se souvient pas ou plus, qui fait le ménage de tout ce que l'on met sous le tapis. 

5 CHOSES A EVITER

1) Les perturbateurs endocriniens

Ce sont des substances qui perturbent les sécrétions hormonales chez l'Homme. Comme le cycle féminin est étroitement lié à l'Endométriose, il est important de la garder en bonne santé. Pour cela, nous devons absolument réduire, voire supprimer, tous les perturbateurs endocriniens de notre hygiène de vie.

Liste non exhaustive de ce qui contient des perturbateurs endocriniens :

- L'eau du robinet (contient produits chimiques, antibiotiques etc.)

- Le plastique

- Les produits de beauté en général (ils contiennent, pour la plupart du parabène)

- Les pesticides

- Les produits laitiers (croyez-vous que dans du lait qui est censé faire grandir un veau il n'y a pas d'hormone ? A méditer.)

- Les protections hygiéniques et couches pour bébé

- Viande rouge (contient des antibiotiques, des pesticides, des hormones et des graisses saturées)


2) La sédentarité

Faite du sport ! Ou du moins, bougez votre corps quotidiennement. Marche, vélo, courses à pied, yoga, sont des activités physiques faciles d'accès pour la plupart des gens et gratuites pour les trois premières.

Pourquoi ? Lorsque vous faites une activité physique, il n'y a pas que vos muscles qui travaillent. Les tissus, les organes et les fluides du corps bougent et se détoxifient. Travailler la souplesse des muscles, leurs manières de bouger les uns par rapport aux autres est un excellent moyen de prévenir les pathologies inflammatoires chroniques telle que l'Endométriose.

Ne pas bouger son corps, cela revient à ne jamais faire le ménage chez soi...


3) Surcharger le foie

Nous avons vu dans un précédent article que le foie jouait un rôle dans la production d’œstrogène et de progestérone de qualité.

Lien de l'article sur le foie : https://www.sachamarquantnaturopathe.com/post/la-detox-du-foie-pourquoi-faire

Tout ce qui surcharge le foie est donc à éviter :

- Les graisses saturées

- L'alcool

- Les médicaments et antibiotiques

Simplement, les deux semaines avant les règles nous évitons de boire de l'alcool à outrance (voir tout court) et nous faisons attention aux graisses que nous apportons à notre organisme : pas de plats préparés, ni de graisses transformées.

Et pourquoi ne pas soutenir le foie la semaine précédant les règles grâce à une tisane ou une plante hépatique ? (Voir article ci-dessus)

Evidemment, l'idéal est de suivre ces conseils tous les jours, tout au long de notre vie !



4) La viande rouge

Ce n'est plus un secret, l'élevage de bovins créé beaucoup de problèmes environnementaux mais aussi dans notre corps. Le bœuf et autres viandes rouges de mauvaise qualité sont à éviter, voir à arrêter de toute urgence.


Pourquoi ? Premièrement, parce que cela pollue la planète et que les animaux sont élevés dans des conditions atroces (mais j'ai dit que mon opinion personnelle n'avait pas lieu d'être dans cet article). Deuxièmement, parce que ces viandes-là sont nourries aux pesticides, ont toutes reçu au moins un traitement antibiotique et sont pleines de gras saturés. 3 perturbateurs endocriniens. A méditer.


5) Se déconnecter de son cycle

Aujourd'hui, avec la pilule qui stoppe les règles, la plupart des femmes sont totalement déconnectées de leur cycle menstruel et du pouvoir et énergies fluctuantes qui en découle. L'Endométriose peut être vu comme un appel à faire la paix avec la féminité qui est en nous. Un appel à se reconnecter à soi et à son intérieur.


Comment ? Commençons par nous rendre compte de ce qu'il se passe dans notre corps. Commençons par savoir à quel jour du cycle nous sommes et à quoi il correspond. Pour cela, c'est simple : Dans un carnet, en partant du Jour 1 : Premier jour de règle, répondez à ces trois questions :

- Dans quelle phase je suis ?

- Comment je me sens dans mon corps ?

- Comment je me sens dans ma tête ?

Au bout de quelques mois, vous pourrez identifier quelques pensées ou comportements récurrents. Là, vous commencez à faire un pas vers la connaissance de vous-même. Là, vous vous reconnectez à votre cycle de femme.


.....................................................................................


J'espère que cet article vous aura donné des pistes, ou même des réponses ! Si vous souhaitez un accompagnement personnalisé de l'Endométriose, je rappelle ici que je suis naturopathe et qu'étant passé par là, j'ai des outils concrets pour vous aider. N'hésitez pas à prendre rendez-vous au 07.61.99.70.31.


*Lexique :

Endomètre : Muqueuse tapissant l'utérus qui, en fonction du moment du cycle, grossit pour préparer l'arrivée d'un potentiel œuf. C'est cette muqueuse que nous éliminons par les règles lorsqu'il n'y a pas fécondation.

Psychosomatique : Désigne les troubles physiques occasionnés par des facteurs psychiques.


Retrouvez-moi sur :

Facebook : Sacha Marquant - Naturopathe

Instagram : @sachamarquant

550 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout